Sandrine Lehagre

 

Après des études aux Beaux-Arts de Rennes et à l’université Paris VII où elle rédige un mémoire sur Robert Filliou, Sandrine Lehagre a été résidente pendant 10 ans au 6b à Saint Denis et vit aujourd’hui à Rennes. Elle poursuit une méditation sur le signe infini, traversée par le pneuma, ce souffle évoqué chez les Grecs comme le principe vital. Elle peut ainsi « rêver l’obscur » lors de performances en l’incarnant dans l’espace en même temps que l’inscrire chaque jour à la plume pendant quatre ans, plongeant dans la « poétique du blanc » du papier. 
 
Son travail évoque notre rapport au temps de l’instant présent à la durée, puisant ses sources dans l’Histoire des écritures, la Préhistoire et le féminin. Membre de l’association Corpus in Act, elle a présenté des performances lors de festivals et fait partie du collectif Co-lapsus. Depuis une dizaine années, elle mène un travail qui interroge l’histoire des femmes et son effacement répété. Ce travail a été exposé pendant le Mois de la photo du Grand Paris, aux Rencontres Photographiques du 10è arrondissement et aux Voies off des Rencontres d’Arles.

SANDRINE LEHAGRE 1.jpeg

EXPOSITION 

- Continuité -

 

« Perdre le fil, le retenir, le dérouler, couper au bon endroit, tirer pour poursuivre, tenir le bon bout, celui qui invente et manifeste le passage d’un temps suspendu. 

L’exposition CONTINUITÉ mêle le travail de Sarah Cohen, Sandrine Lehagre et Delphine Zingg, trois récits personnels traçant des cartographies imaginaires, qui se parcourent aux rythmes de gestes répétitifs qu’impliquent les actes de coudre, dessiner, sculpter ou photographier.   

Interrogeant le féminin, ces formes, ces paroles, ces désirs s’unissent dans le besoin de s’ancrer, brodant point par point autour du vide. »